Les enjeux

La finalité d'une formation est bien de passer à la pratique. Il est classique de constater qu'après une journée sympathique, quel que soit le thème abordé, il y aurait plus de 80% de participants contents de leur expérience, mais qui ne donnent pas une suite concrète à ce qu'ils ont pu découvrir. Ce qui ne les empêche pas de suivre d'autres stages... avec le risque de devenir des "consommateurs" de stages !

C'est pour limiter ce qui serait pour nous un échec que de multiples dispositons ont été mises en oeuvre. Elles augmentent la richesse de la transmission et encouragent la mise en pratique. Mais cette notion même d'échec demande à être relativisée...

Nos procédures

Pour encourager le passage à la pratique, plusieurs moyens sont utilisés. Ils participent à l'originalité de notre approche pédagogique.

Les enjeux

La finalité d'une formation est bien de passer à la pratique. Il est classique de constater qu'après une journée sympathique, quel que soit le thème abordé, il y aurait plus de 80% de participants contents de leur expérience, mais qui ne donnent pas une suite concrète à ce qu'ils ont pu découvrir. Ce qui ne les empêche pas de suivre d'autres stages... avec le risque de devenir des "consommateurs" de stages !

C'est pour limiter ce qui serait pour nous un échec que de multiples dispositons ont été mises en oeuvre. Elles augmentent la richesse de la transmission et encouragent la mise en pratique. Mais cette notion même d'échec demande à être relativisée...

Nos procédures

Pour encourager le passage à la pratique, plusieurs moyens sont utilisés. Ils participent à l'originalité de notre approche pédagogique.

Motivations à identifier

C’est aussi une marque de respect à l’égard des participants que de les inciter à clarifier leurs motivations
Après tout, il n’est pas interdit de souhaiter passer un bon moment, d’élargir l’horizon de ses connaissances, de faire des rencontres, sans avoir à culpabiliser de ne pas mettre certaines « recettes » en pratique. Et l’organisateur n’a pas non plus à considérer cela comme un échec.
L’exposé des motivations sur le bulletin d’inscription complété par le tour de table de départ permettent de clarifier les enjeux.

L’utilité de la transmission

Bien sûr, les savoir-faire et autres astuces méritent d’être mises en œuvre, tant pour leur utilité immédiate que pour assurer leur pérennité ! Ce second point mérité d’être précisé. Il y a là, en effet, une certaine responsabilité qui incombe à chacun d’agir pour que ce qui constitue un véritable patrimoine culturel ne disparaisse pas du fait d’une forme de désaffection, de dédain, les reléguant au mieux dans un musée des pratiques ancestrales oubliées. Leur utilité pratique se confirme chaque jour et leur pertinence dans une démarche de transition s’affirme au fil des réflexions sur un avenir qui plongerait ses racines dans l’expérience de notre histoire passée.

L’objet de la transmission

Voilà aussi une notion dont l’apparente évidence pourrait bien cacher un sens profond. S’interroger sur l’utilité des savoir-faire et autres expertises au cœur d’un stage conduit à reprendre cette formule de sagesse africaine : la seule chose qui puisse fondamentalement se transmettre, c’est de « donner des racines et des ailes » ! Voilà qui donne du sens à la participation à un stage sans que ce soit lié à une mise en pratique immédiate. Combien de personnes gardant la nostalgie de conserves familiales décident un jour, arrivées, par exemple, à la retraite qui leur en donne le temps, de « s’y mettre » ; bien souvent, en ayant le sentiment de renouer les fils d’une transmission brisée.

Le cadre et les ambiances

C’est bien dans le prolongement de la remarque précédente qu’un soin tout particulier est apporté aux ambiances et aux occasions d’interpeler les cinq sens des stagiaires. Le site leur consacre d’ailleurs une page dans le menu principal.

Le piège de notre cerveau primitif

La richesse des stages conduit à une saturation inconsciente de notre cerveau générant une forme de stress. Or sa base « primitive » le conduit à réagir rapidement mais de manière simpliste : l’attaque la fuite ou ici, en l’absence d’un ennemi, la paralysie ! Voilà qui explique aussi, à la décharge des stagiaires, pourquoi il est difficile de mettre en pratique face à une profusion d’informations.
Alors la méthode Kaizen des « petits pas » permet de ruser et de lever ce blocage naturel. A la fin du stage, à l’occasion du bilan, les stagiaires sont invités à prendre un engagement, celui de réaliser « une » recette et ce dans un délai précis une fois rentrés chez eux. Pas de stress, pas de blocage, il devient possible de passer tranquillement à l’action. Et comme il n’y a que le premier pas qui coûte, la suite s’enchainera naturellement.
Voir article blog :
http://www.nature-passionnement.com/la-strategie-des-petits-pas-la-voie-du-kaizen/

Disposer d’une documentation aisée à consulter

Des notes en vrac dans un classeur n’encouragent pas de s’y reporter à nouveau par la suite. Aussi les polycopiés sont organisés comme suit
Une feuille par recette, distribuée au fur et à mesure, permet d’y apposer directement les remarques particulières. (souvent des variantes et des remplacements ou des tours de main)
Quelques fiches reprenent les « fondamentaux » évoqués tout au long du stage : les ustensiles, les technique de macération et autres, les ingrédients de base, la gestion des températures, etc.
En fin de stage, des polycopiés par thème sont distribués et commentés à titre de récapitulation ; tel est le cas d’un document de synthèse consacré aux légumes fermentés, alors que le sujet a déjà pu être abordé à plusieurs reprises en cours de stage et même avec des fiches spécifique à une recette donnée..
Une fiche servant de "sommaire" facilite le classement et les recherches futures

Tout cela participe à la « pédagogie en spirale ».

Synthèses personnelles faites par les stagiaires

Ces documents sont essentiels pour gérer le retour chez soi
Feuille d’incitation personnelle. Au fur et à mesure du déroulement du stage, notes prises sur la feuille journalière FIP qui sera ensuite complétée, si nécessaire, en vue de faire ensuite le bilan de la journée. Y figurent

  • Les points important de la journée
  • Les informations et actions pour l’après stage

Plan d’action Personnalisé. En fin de stage, les engagements pris pour l’avenir seront récapitulés sur ce PAP, accompagné, au besoin, par un véritable rétroplanning (surtout pour les stages d’une semaine)

Accompagnement après le stage

L’animateur s’investit personnellement à trois niveaux d’accompagnement

  • Questions tout à fait personnelles : mail à l’animateur
  • Questions et partage de réalisations : groupe de discussion avec les seuls participants au stage concerné (via messagerie). Ce groupe est lancé par l’animateur avec envoi de documentation complémentaire
  • Questions générales touchant tous les stagiaires de l’École Buissonnière : groupe via Face Book

Consultation des FAQ Foire aux Questions, structurées selon les thématiques

Et il n’y a pas que la pratique qui compte !

Bien sûr, la mise en pratique est importante, mais cette notion même demande à être élargie en prenant en compte les multiples « retombées » d’un stage. Cette approche plus large vient d’être esquissée dans la rubrique ci-dessus « L’objet de la transmission » où il était question de donner « des racines et des ailes ».
Ce regard élargi se trouve illustré par la carte mentale ci-dessous s’appliquant plus particulièrement à un stage sur l’alimentation, mais dont l’esprit est transposable pour d’autres thématiques

Capture Des stages pour aller plus loin