Préambule

Les interrogations sur notre avenir sont bien au cœur de nos recherches autour de la transition.
Trois fiches leur sont plus particulièrement dédiées

  • Tout serait-il foutu ?
  • Un moment unique dans l’histoire de l’humanité
  • Paradoxes pour une nouvelle sagesse

Elles ne sauraient épuiser le sujet. Cette nouvelle fiche vient le creuser tant il échappe au bon sens, du moins à la lumière de la logique habituelle. Même si certains aspects ont été effleurés par ailleurs, voici des réflexions complémentaires qui, les unes ajoutées aux autres, finiront par nous faire entrer dans de nouvelles façons de voir, de sentir, de décider, de comprendre pour commencer à approcher la complexité du Vivant. Celle-ci n’est, certes, pas une nouveauté, mais tous les phénomènes s’accélérant de manière vertigineuse, elle s’impose comme une contrainte nouvelle et forte avec laquelle nous devons apprendre à composer au quotidien. C’est bien dans cette perspective que l’on fait appel à une qualité particulière dont l’importance n’a pas échappé au monde del’entreprise, celle de « l’agilité » pour évoquer notre capacité d’adaptation au changement.

Les constats

Nous les avons déjà fait. Succinctement. Diminution des ressources, perte de biodiversité, épuisement énergies fossiles, dérèglement climatique, surpopulation, inégalités grandissantes, mouvements de populations, puissances des groupes supranationaux, fragilité du système financier mondial, vulnérabilité de nos organisations en réseau, etc.

Difficile de croire à un changement positif pour assurer notre avenir tant paraissent dérisoires les actions écologiques mises en place, les gestes vertueux recommandés…Un miracle ???

Point de bascule

Cette notion a déjà été évoquée par-ci et par-là sur notre site. Elle mérite d’être approfondie tant elle est riche d’enseignements. Non seulement en abordant le sujet en lui-même, mais en observant combien sa simple approche est déjà révélatrice de nos mécanismes psychiques.

Précisons le sens des mots

La transition désigne, de manière générale, un processus de transformation au cours duquel un système passe d’un régime d’équilibre à un autre La transition écologique est une reconfiguration fondamentale du fonctionnement et de l’organisation de notre société touchant ainsi tous les secteurs d’activité par l’adoption de nouveaux paradigmes.
C’est un processus qui se déroule sur une période entre deux états

La bascule, on parle volontiers de « point de bascule », de « tiping point ». C’est un « moment » décisif à partir duquel un changement va se manifester, ou aura l’opportunité de le faire.

Le sens, modulé en pratique, selon les disciplines, s’enrichit sous leurs visions croisées

Théorie des catastrophes. Son éclairage consiste à ramener les discontinuités apparentes à la manifestation d'une évolution lente sous-jacente. Le problème est alors de déterminer cette évolution lente qui, elle, exige en général l'introduction de nouvelles dimensions, de nouveaux paramètres. » — René Thom (1991). Voilà qui peut venir à l’appui de la notion « d’évolution » quand nous constatons l’existence de « sauts » dont une des explications pourrait être, en arrière-plan, une évolution lente de certains paramètres qui nous échappent créant ainsi la « surprise » apparente d’un changement.

En sociologie, le point de basculement, qualifié aussi de « seuil de tolérance », se rapporte à un moment dramatique où quelque phénomène singulier devient commun.

En climatologie, le point de basculement, qualifié aussi de « point de non-retour », correspond à un seuil qui, lorsqu'il est dépassé, peut entraîner de grands changements dans l'état du système.

Les réactions face au point de bascule

Elles sont intéressantes à relever afin d’enrichir le regard que nous portons sur notre monde et améliorer la compréhension des mécanismes à l’œuvre.

Le déni avec une infinité de variantes

Pour ne pas subir le malaise d’une perspective s’annonçant catastrophique, d’une amplitude hors norme, l’inconscient, par réaction ancestrale de survie, occulte la situation au point d’en nier l’existence

La sous-estimation

• Difficulté à prendre en compte avantages ou inconvénients futurs.

La mise en balance d’une catastrophe à terme au regard des changements immédiats de vie qu’il serait souhaitable d’adopter conduit notre cerveau à maximiser les avantages immédiats au détriment de ceux à venir. Test des chamallows : des enfants doivent choisir entre un de suite ou attendre 24h pour en avoir 3. C’est le plaisir immédiat qui l’emporte

• Savoir vs croire.

Un effet de scepticisme intervient aussi visant à réduire l’importance des enjeux. Constat maintes fois relevé par les spécialistes qui énoncent : avant les seuils critiques, on sait, mais on n'y croit pas.

"Les hommes n'acceptent le changement
que dans la nécessité
et ils ne voient la nécessité que dans la crise."
Jean Monnet

Une autre explication à la sous-estimation, est la discrétion qui caractérise nombre de points de bascule : voir ci-après

Signes précurseurs, ou « signaux faibles » des prospectivistes

Voici une situation réelle qui est une belle illustration de cette notion, précieuse, car ce n’est pas une métaphore : la ligne de partage des eaux sur un territoire donné. Elle est invisible sur le terrain, mais une goutte d’eau, selon qu’elle tombe ici ou 100 m plus loin, ira dans la Méditerranée ou l’Atlantique.

Un « signal faible » peut être identifié, avec le recul, comme correspondant à un point de bascule. Veillons à ne pas valider pour autant l’inverse, tout comme pour l’effet papillon car tous les battements d’ailes de millions de papillons n’ont pas le destin de déclencher des tornades.

Quelques exemples de signaux faibles liés à la transition

La notion de biens communs évolue et contribue à faire bouger les lignes de la définition de la propriété privé et propriété publique.
Un ministère de la transition à remplacé celui du développent durable
La personnalité juridique a été reconnue pour des entités non humaines, allant jusqu’à des parties de paysage (fleuve)
La responsabilité juridique des États commence à être mise en cause pour non-action au regard du dérèglement climatique.
Le travail de nombre de penseurs, philosophes, sociologues affinant de nouveaux modes de pensée à l’instar d’Edgar Morin avec la pensée complexe
Une variante des signaux faibles concerne les signes avant-coureurs

Signaux d'alerte précoce

Il peut être possible de détecter si l’équilibre d’un système se rapproche d'un point de basculement. Ainsi, toutes les parties du système climatique sont parfois perturbées par les phénomènes météorologiques. Après la perturbation, le système revient à son équilibre. Par exemple, une tempête peut endommager la banquise qui se reforme après. Si un système se rapproche d'un basculement, la restauration de son état normal peut prendre de plus en plus de temps, ce qui peut être interprété comme un signe avant-coureur du basculement
Autre exemple avec l’estimation du nombre des « Créatifs culturels », recensement des personnes ayant décidé de vivre autrement en œuvrant de manière diversifiées et qui se sont pas identifiables aisément car n’adhérant pas à une structure déterminée.

Bascule opérant de manière progressive

A noter qu’il y a aussi des phénomènes progressifs. Ce sera alors la conjonction de plusieurs d’entre eux qui pourra être identifiée comme phénomène de bascule.

La force d’une minorité

C’est une règle générale de l’histoire : les changements ont souvent été initiés par quelques personnes.

"Ne doutez jamais qu'un petit groupe d'individus
conscients et engagés puisse changer le monde.
C'est même de cette façon que cela s’est toujours produit."
Margaret Mead

Il y a aussi le fait qu’une majorité, telle qu’en vigueur dans le droit des sociétés ou en décisions démocratiques, n’est pas nécessaire et que l’adhésion d’une minorité à un idéal, de l’ordre de 10%, est capable de renverser l’ordre établi.
Cette dernière remarque est parfois appliquée à l’interprétation à faire du recensement de personnes engages dans des modes de vie alternatifs : permaculture, artisans bio, recyclage, banques éthiques, territoires en transition, Incroyables Comestibles, etc.

Le point de bascule

Les rapports de prospectivistes sur l’avenir de notre civilisation se réfèrent à des seuils dont le dépassement est considéré comme étant « des points de bascule »

Voici une illustration de ce principe appliqué à la surveillance de certains paramètres significatifs : équipe internationale de 26 chercheurs. Travaux pris en compte par l’Union européenne et les Nations Unies

Capture Les 10 paramtres basculePour les 3 premiers paramètres, il y a dès aujourd’hui dépassement des limites.
Pour les suivants, ce n’était pas encore le cas (en 2015)

Points de bascule successifs et effets d’emballement

Ces analyses du basculement montrent combien les évolutions « linéaires » sont devenues caduques.
Illustration avec ce qui suit « Wikipédia)

Des points de basculement en cascade

Application au climat. Franchir un seuil dans une partie du système climatique peut amener un autre élément à basculer dans un nouvel état. Ce sont ce qu'on appelle des points de basculement en cascade. La fonte de la glace en Antarctique occidental et au Groenland modifierait considérablement la circulation océanique. Ce processus pourrait entraîner l'activation d'éléments de basculement dans cette région, tels que la dégradation du pergélisol, la fonte de la banquise arctique et le dépérissement de la forêt boréale. Cela montre que même à des niveaux relativement bas de réchauffement climatique, des éléments de basculement relativement stables peuvent être activés.

Des rétroactions positives générant un effet d’emballement

Application au climat. En raison de la fonte du pergélisol, le méthane (en plus d'autres polluants climatiques de courte durée) pourrait être libéré dans l'atmosphère plus tôt que prévu. La perte d'un bouclier de glace à albédo positif a lancé une puissante boucle de rétroaction positive conduisant à des températures toujours plus élevées. L’instabilité climatique qui s’accélère dans la région polaire est susceptible d’affecter le climat mondial, et de dépasser les prévisions antérieures concernant le point de l’avenir où le basculement mondial aura lieu.

Illustration des changements en cours

Ce sujet du « point de bascule » échappe en bonne partie aux approches logiques, cartésiennes, car pour l’intégrer de manière constructive, cela nécessite d’apporter déjà un changement dans notre manière de penser. Encore un paradoxe.

Vous trouverez par ailleurs une page qui leur est spécialement dédiée
Ci-dessous, quelques commentaires sur la difficulté à trouver ses repères dans un environnement devenu « déroutant »

Regard de Pablo Servigne

Une nouvelle société post thermo-industrielle est en cours d’émergence mais n'a pas encore atteint sa phase la plus critique, et elle se prolongera sur une durée indéterminée. C'est à la fois lointain et proche, lent et rapide, graduel et brutal. Cela ne concerne pas seulement les événements naturels, mais aussi (et surtout) des chocs politiques, économiques et sociaux, ainsi que des événements d'ordre psychologique (comme des basculements de conscience collective).


Un nouveau monde aux nouvelles caractéristiques VICA

Les analyses se multiplient montrant que nous sommes plongés dans un monde de plus en plus incertain, un monde dans lequel ce qui ne devrait pas arriver arrive quand même, dans lequel l’improbable se concrétise.
Il est presque à l’opposé du monde que nous sommes en train de quitter : le monde industriel, dans lequel le probable est la règle, où la prévisibilité est une nécessité. Un monde dans lequel l’environnement est stable, pour que la logique d’industrialisation, de reproduction massive des mêmes objets, des mêmes services, puisse se réaliser.
Cette disparition est d’autant plus difficile à concevoir que ce monde industriel donne l’impression, bien au contraire, de s’imposer de plus en plus : méthodes scientifiques, données analysées de plus en plus finement, technologies de plus en plus sophistiquées que sont le digital, les objets connectés, les nanotechnologies, la robotisation, etc.

Pourtant, des transformations majeures sont en train de se produire dans un monde VICA dont voici les principales caractéristiques.

Volatil : des évènements surgissent, totalement improbables, imprévus. Des bifurcations soudaines, des innovations disruptives, des retournements soudains… Comment comprendre, comment anticiper ? Comment devenir agile, pour répondre à cette volatilité ?

Incertain : un monde imprévisible, dans lequel les anticipations ne s’appuient plus sur du connu, sur le passé, mais bien sur le futur… Les innovations que les entreprises tenaient pour assurées du succès ne fonctionnent pas, les stratégies à long terme sont déjouées, les règles de la concurrence se transforment soudain… Comment décider ?

Complexe : les systèmes sont interconnectés, la causalité linéaire, mécanique entre une cause et sa conséquence devient circulaire, globale, impliquant des causes et des conséquences qui bouclent entre elles… Comment reconstituer une logique entre les actions qu’une entreprise va décider, et les conséquences qu’elle en attend ?

Ambigu : les évènements sont à la fois positifs et négatifs, ils ont deux faces, et ce qui est bien, bon est en même temps porteur de conséquences improductives, voire contre productives. Comment évaluer les décisions, avant de les prendre ?

Cet inventaire nous encourage à abandonner les façons d’anticiper, de raisonner, d’évaluer les décisions puis de les prendre dont nous avions l’habitude. Il en est de même pour répondre aux exigences de notre environnement et mener nos entreprises au succès.
Inspiré par : https://www.ressources-et-pedagogie.com/monde-vica-limprobable-futur-emergent/