Jardin Gourmand

Inspirations

Commentaires sur le socle commun

Je me réfère régulièrement à une « culture générale » indispensable pour agir dans un monde devenu chaotique, imprévisible. Il y a tant de variantes au sujet de cette culture qu’il est indispensable d’en préciser la nature et l’utilité.

Se débarrasser d’une vision étroite de la culture générale

L’univers du savoir qu’elle recouvre se limite souvent à des domaines dits « littéraires », à savoir la philosophie, la littérature, l’histoire, les arts et la religion et concerne peu les domaines scientifiques

Pragmatisme des choix de l’École Buissonnière

Nous avons fait le choix d’un ensemble de matières qui semblent indispensables, dans un contexte de crise et d’urgence, pour donner toute son utilité aux autres formations « métier » et « compréhension de l’écologie ».

Notre engagement s’inscrit dans la politique de vulgarisation d’une culture humaniste ressourcée et régénérée menée par la Fondation Edgar Morin : pensée complexe, vision systémique, dialogique, multiples manières de « penser autrement », socle fondamental pour un changement profond de notre société.

Revenir à la fonction initiale de la culture générale

À l’heure d’Internet, à quoi peut bien servir la culture générale. Qu’est donc devenue cette notion, jadis si centrale dans l’éducation, dans la formation des jeunes esprits ?

La culture générale devrait pouvoir, globalement, se définir comme un ensemble de connaissances culturelles, sans domaine de spécialisation précis.

En effet, si l’on reprend l’idéal de « l’honnête homme », tel qu’il a été défini au XVIIe siècle, la notion de « culture générale » s’entendait plutôt comme un « premier pas » dans une logique de dépassement de soi.

Une culture générale adaptée aux enjeux actuels

Comment imaginer et manager une société toujours en mouvement avec des références anciennes et figées ?

En puisant ses racines dans des domaines multiples, la culture générale permet d’envisager une approche systémique, c’est-à-dire au-delà de son propre univers, seule façon pour tenter de comprendre, humainement, un monde devenu extrêmement complexe et technique.

Les personnalisations offertes par ce travail de sensibilisation.

En tenant compte de ces divers éléments, le programme de « culture générale » a été élaboré, potentiellement au plus proche de l’actualité et des besoins des étudiants.

Cet inventaire des « possibles » mis à disposition des stagiaires doit leur permettre de définir les sujets qui leur semblent prioritaires afin d’orienter leurs recherches ultérieures de manière personnalisée.

En outre, s’il y a bien un ensemble « commun », s’y ajoutent trois grosses branches avec une orientation thématique plus précise :

  • Alimentation
  • Santé et Bien-être
  • Agriculture

Cette démarche s’inspire de l’idéal de « l’honnête homme » pour le préparer à devenir « citoyen du monde », responsable, lucide, éclairé, afin d’assumer sa place dans la nouvelle société. Un programme avec une organisation systémique qui puisse ainsi élargir l’horizon des connaissances, laissant le soin à chacun d’approfondir, selon ses envies, les domaines qui lui paraissent prioritaires.

Voilà qui est conçu pour permettre d’acquérir une vision d’ensemble et d’entremêler des connaissances qui n’ont pas toujours de liens ostensibles entre elles, ce qui fait tout le sel de la personnalité et le terreau de la créativité. Il ne s’agit pas de philo abstraite mais bien de la qualité de notre attitude face à chaque circonstance de notre vie, si futile puisse-t-elle paraitre. Nous sommes là aussi dans une démarche « intégrale »

L’objectif « généraliste » s’inscrit en outre dans une démarche visant à rendre les personnes autonomes le plus rapidement possible, avec trois modules de base qui s’inscrivent de manière condensée dans un ensemble d’une semaine, travaux personnels dirigés inclus. Pour cela, aiguiser l’envie d’apprendre, faire découvrir les multiples domaines particulièrement utiles pour gérer son quotidien et pour lui donner du sens, donner une base organisée de connaissances permettant d’y inclure de manière cohérente, les découvertes futures de chacun.

Si le parcours avec sa première étape aura pu rendre cette « Culture générale » désirable et en faciliter l’accès, il reste des freins à faire sauter de la part des intéressés :

  • Refuser le holdup sournois sur les temps de cerveau disponibles avec les multiples séductions des nouveaux envahisseurs !
  • Refuser la servitude en ne se contentant plus du confort et de la pseudo-sécurité « du pain et des jeux » offerts par toutes les formes modernes de dictatures !
  • Développer sa liberté, son esprit critique, prendre ses distances avec les conditionnements, se prémunir des manipulations et biais multiples.

Multiples voies d’accès

L’essence même de la culture humaniste ainsi posée comme fondement d’une nouvelle société concerne tous les publics et peut les interpeller dans la diversité de leurs motivations et de leurs sensibilités. L’orientation « intégrale » rend cela possible en s’appuyant sur la réalité « complexe » du monde. Ce programme de sensibilisation-découverte a ainsi vocation d’être une « expérience » pouvant être partagée dans un esprit « fédératif ».

Les voies d’accès à une telle culture sont multiples : en voici les principales

La sérieuse : sans chercher à convaincre, la place centrale de la culture humaniste devient une évidence.

Exposé lucide et dépassionné des enjeux avec un dossier spécial étudiants

Affiner une vision globale sur l’articulation de cette culture générale avec les grandes orientations de l’enseignement « post bac »

La mystérieuse : culture générale, notion souvent évoquée, certes, mais négligée car incomprise ou jugée impertinente, ce qui ne fait que traduire la nature même de toute véritable nouveauté. Sans disserter, il est instructif d’observer sa puissance de transformation

Illustration des changements qu’elle peut opérer dans la vie quotidienne.

Comprendre cette aspiration au changement dont l’imprécision rassemble les foules autour d’actions simplistes, dans l’aveuglement, la confusion, souvent en revendiquant l’énergie du désespoir. Il est vital d’éviter à l’avenir de telles impasses et surtout les dégâts qui en résultent. La culture humaniste est une sérieuse protection.

La providentielle : l’espoir de trouver enfin les repères solides sur lesquels s’appuyer pour organiser son avenir tout en préservant sa liberté.

La solution intuitive d’un pari gagnant.

Développer son potentiel créatif, lutter contre les manipulations, gagner en autonomie. Devenir des citoyens avisés, libres, autonomes est la seule manière de répondre aux questions lancinantes. Que faire, comment faire, qui croire ?

La poétique : réenchanter la vie comme préalable aux changements

La beauté sauvera-t-elle le monde ? Il est urgent d’explorer cette perspective !

Devenir artiste de sa vie, co-créateur d’un monde enchanté. Il ne s’agit pas du simple ressenti agréable d’une métamorphose personnelle, mais de la perception d’une clé de transformation profonde de la société avec un éclairage revisitant la nature et la place de l’homme. Comprendre ce que signifie « vivre poétiquement » : émerveillement, curiosité, reliance à toutes formes de vie au-delà du temps et de l’espace, respect, gratitude, humilité face aux mystères, cultivr un état amoureux aussi ! Tout cela participe à une approche « intégrale » de la vie, principale caractéristique d’une culture humaniste.

La militante : l’exhortation à privilégier des actions réfléchies

Engagement individuel, associatif ou politique

Soutenir activement l’émergence d’une nouvelle société. La multiplicité des modalités demande de faire preuve de discernement : la culture humaniste est à la fois source d’inspiration et garde-fou à l’égard d’actions simplistes. Manifestations, actions culturelles, médiatiques, publicitaires, manifestations, désobéissance civique, actions violentes ou non à caractère économique, politique, etc.

L’inutile : vous êtes déjà impliqué de multiples manières

Impact à renforcer ? Stratégies à optimiser ? Priorités à redéfinir ?

Bonnes volontés agissantes, gestes vertueux, attentions portées à la nature. Le piège de faire sa part, le sentiment de ne pouvoir en « faire » plus, comporte le risque de se priver de fabuleux leviers capables de décupler le résultat de vos actions. Paradoxe : le nez dans le guidon, le temps de réfléchir se réduit en privant souvent de ce regard « intégral » qui est à porter sur les besoins et sur nos contributions. Telle est bien la vocation de la culture « humaniste » conseillée

La sécurisante : se contenter de rendre la vie supportable face à la tourmente

La logique survivaliste : panacée ou illusion ?

Une option tentante, certes ! Elle mérite d’être sérieusement explorée pour en débusquer les avantages, les pièges aussi. Pour se mettre à l’abri de déconvenues, cette perspective demande, comme d’autres, de faire l’objet d’une réflexion objective : la culture humaniste apporte pour cela de précieux éléments.

La guerrière : la perspective d’inévitables confrontations ?

Révolution, insurrection, combats… mais autrement, en fins stratèges

Concevoir de nouvelles stratégies. S’inspirer de l’art des samouraï, de l’Art de la guerre de Maître Sun Tsu, conseiller de l’empereur de Chine, il y a 25 siècles, des techniques de formation actuelles de troupes d’élites, des moyens de la NASA pour préparer les futurs astronautes à affronter des situations périlleuses inédites… La culture humaniste ne donne pas de solutions mais invite à explorer cette nouvelle intelligence qui consiste à bien faire quand on ne sait rien !

Ces voies d’approche peuvent être distinctes ou se cumuler

Elles vous conduisent à faire le point

  1. Vous ne vous sentez pas du tout concerné : vous continuez de mener votre vie
  2. Vous avez été sensibilisé et vous pensez poursuivre en solo l’acquisition de cette culture générale humaniste. Chemin courageux car les cursus adaptés sont rares
  3. Vous optez pour vivre l’expérience de la journée-découverte

Ce parcours va vous faire gagner un temps précieux

  1. Vous allez inventorier les multiples facettes potentielles de cette initiation
  2. Vous serez en mesure de discerner les thèmes que vous allez privilégier
  3. Vous esquisserez une feuille de route pour procéder aux changements prioritaires
Impertinentes

Penser autrement demande une vigilance de chaque instant. Nous sommes tellement conditionnés par la culture et les traditions de notre environnement, pas des biais cognitifs, par des mécanismes de notre cerveau, par la bien-pensance généralisée, etc. Ce volet qui conditionne directement notre liberté, donc notre capacité de discernement et d’autonomie, est un des volets important pour accéder à la culture générale évoquée par ailleurs. Il ne s’agit pas tant d’acquérir de nouvelles connaissance que de déblayer ce qui s’oppose à un raisonnement sain tout en stimulant le plaisir à faire un tel inventaire !!! 

Arrêtez de chercher le bonheur… tentez de vivre heureux en appréciant les petits riens du quotidien, en apprenant à vivre poétiquement

Arrêtez de poursuivre la sagesse, contentez-vous d’être présent à ce qui vous entoure

Quittez toute voie spirituelle… abandonnez recettes, exercices… Soyez simplement lucides pour sentir la peine, la tristesse, la peur. C’est la Vie en activité qui vient vers vous

Ne cherchez pas l’épanouissement dans des pratiques érotico-spirituelles… cultivez un état amoureux d’union avec toute la création, ce qui pourrait, en prime, attirer l’être aimé

Méfiez-vous du développement personnel… il n’y a rien à développer, juste à accompagner votre croissance

Ne cherchez pas à savoir qui vous êtes profondément… commencez à agir chaque jour un peu mieux que la veille

N’essayez pas d’être zen, impassible… mais attentif au monde qui vous entoure, le cœur en paix, prêts à intervenir à bon escient

N’espérez pas arriver à aimer la nature… contentez-vous de prendre soin de la vie sous toutes ses formes

Prendre sa vie en main n’est peut-être pas suffisant… laissez aussi la Vie vous prendre par la main !

Faut-il gérer son stress, ce qui peut s’analyser en une violence conduisant à se couper de son humanité ?

Méfiez-vous des occasions de vous faire du bien, surtout si vous estimez que vous le valez bien ! Le résultat attendu est souvent de rendre le monde supportable et ne plus voir ce qui demande à être transformé, changé ou refusé, donc à nous rendre impuissants

Face aux difficultés, ne cherchez pas à tout relativiser… la solution est de changer de niveau pour élargir notre vision

Ne vous laissez pas séduire par l’objectif raisonnable du juste milieu… C’est une illusion car il n’y a que des situations qui s’ajustent en permanence

Soyez attentifs quand des permaculteurs vous invitent à régénérer le vivant ! Alors que c’est notre relation au Vivant qui demande à être régénérée

Ma collection se complète avec de multiples formules pouvant se regrouper autour des thèmes suivants

  • Le danger de formules inspirantes mais simplistes
  • Formulations simplistes ou incomplètes
  • De véhémentes exhortations stériles
  • Des perspectives séduisantes qui ne font que rêver
  • Les formules qui reposent sur des confusions
  • Les appréciations qui bloquent la réflexion
  • Les belles idées purement culturelles
  • Éloge de l’imperfection
  • Les fausses idées de sagesse
  • Les idées incomprises
  • Reformulation d’expressions toutes faites
  • Des outils devenus obsolètes
  • Des outils qui ont montré leurs limites, y compris en entreprise
  • Développement personnel et croyances diverses
  • L’illusion du bon sens spontané
  • Les limites de l’intelligence cartésienne
  • Les biais cognitifs
  • Quand la réciproque d’un constat est improbable
  • Le mirage d’engagements vertueux mal préparés
  • Situations pouvant être contre-productives ou peu efficaces
  • De nouvelles logiques à mettre en place
  • Changer d’éclairage pour donner du sens
  • Approfondir les questionnements
  • Du bon usage des mots
  • Ne pas se tromper d’objectif, de stratégie
  • Mots, expressions et conseils démodés à réactualiser
  • Les belles phrases à reformuler
vivre avec panache
vivre avec panache
Vivre avec panache 1

La grande question qui revient régulièrement : quel est le sens de notre vie ? Nos actions, nos engagements sont-ils en cohérence avec nos aspirations. Des réponses arrivent et nous rassurent pour un temps… et le questionnement reprend !

Ne pas oublier qu’il y a deux postulats qui orientent cette quête de sens. Et comme tout postulat qui se respecte, aucune démonstration ne peut en valider un plutôt que l’autre. Alors à vous de faire le pari, ce qui n’exclut pas de rester ouvert aux deux possibilités.

  • Trouver un sens caché, trouver notre mission de vie inscrite dans le plan de l’Univers
  • Donner du sens à ce qui en est dépourvu, contribuant ainsi à compléter ce monde avec une dimension qui nous est nécessaire

Alors supposons un instant que la vie n’aurait pas de sens. Cela pourrait conduire à deux attitudes opposées

  • Le découragement, la résignation, le repli sur soi…
  • Ou une attitude positive. A défaut de donner du sens, ce qui peut paraitre artificiel et illusoire, il s’agit de mettre de la joie dans notre quotidien ! La question du sens devient secondaire, l’important étant la qualité de notre vie et le plaisir que nous pouvons obtenir.

La conclusion ultime pourrait être de vivre joyeusement « malgré tout » car les raisons d’être attristé, voire révolté, sont multiples ! Ne pas les occulter, mais notre liberté nous permet d’être en même temps dans la joie et de vivre en ne s’empoisonnant pas avec cette question insoluble. Notre conscience, nos valeurs inspirent notre vie de manière à éviter les dissonances cognitives et de laisser la joie s’installer. Et ce n’est pas une joie inconsciente, mais lucide, qui pourrait se qualifier à la manière de Modigliani comme une « joie au regard grave »

Il vous suffira de regarder les différentes idées synthétisées dans le tableau pour pressentir ces attitudes nobles et belles que nous sommes libres de cultiver même sans « utilité »… pour la beauté du geste et vivre ainsi avec « panache » : c’est possible et cela est de notre seule responsabilité

 

Vivre avec panache 2
poésie
poésie
Vivre poétiquement

Une invitation inattendue, voire indécente

Il y a tant de sujets demandant la mobilisation de nos énergies pour réduire les souffrances et misères, tant de paramètres à surveiller pour rendre l’avenir habitable que cette invitation risque d’être mal comprise, en effet !

Nous sommes à la recherche de nouvelles stratégies pour agir efficacement. Le faire sous la contrainte de peurs, de culpabilité, de respect de nouvelles réglementations et autres mobiles émotionnels ne donne pas les meilleurs résultats et épuise ceux qui s’y adonnent.

L’astuce est de s’appuyer sur d’autres motivations, en fait sur d’autres énergie : c’est ainsi que la joie trouve sa place. Commencer à l’installer dans notre quotidien n’a rien d’égoïste ! Nous avons besoin de leviers pour espérer obtenir quelques résultats !

Je vous livre quelques citations et quelques visuels que j’utilise en ce moment : c’est à ressentir, et j’espère vous encourager à tenter l’aventure : faire le pari de consacrer une journée pour bien comprendre le mode d’emploi, ce qui devrait vous permettre de change votre regard sur le changement ! Je n’ai pas d’argumentaire, c’est à votre intuition, à votre petite voix intérieure de s’exprimer… cela aussi est nouveau, inhabituel voire déviant par rapport à des démarches rationnelles du passé qui ont montré leurs limites pour tenter de gérer un présent chaotique et un avenir imprévisible. Alors « osez » de nouvelles logiques… surtout quand elle est qualifiée de joyeuse ! Vous n’avez rien à perdre.

Vivre poétiquement 4
rêves
rêves
Les rêves aiment voyager
Les rêves aiment voyager2

Alors commençons par le commencement, celui qui, à l’image des premiers matins du monde, ouvre la porte à tous les possibles. Une véritable exploration !

Tout d’abord il y a l’Amour, le Réel, le Bonheur, la Vérité : ils font partie des idéaux qui peuvent nous guider. Il y a un risque de confusion qui peut conduire à des impasses. Les considérer comme des étoiles est une belle métaphore. Alors ne pas prendre les vessies pour les lanternes, ni les étoiles pour des lampes de chevet. Ne cherchez pas non plus à décrocher la lune ! Les étoiles ne sont pas à atteindre ni à posséder.

D’autant plus que la métaphore fait penser à des étoiles qui se sont peut-être éteintes depuis des millions d’années et qui continuent de nous enchanter longtemps, longtemps après, comme les chansons de ces poètes disparus qui courent encore dans les rues.

Les disparus ne sont donc jamais des disparus, ils sont une armée douce, fidèle, qui nous assure de recevoir un rayon de soleil comme dirait Christian Bobin : un éclairage poétique porteur de sagesse : le caractère éternel de ces idéaux.

Après le macrocosme et ses étoiles, un autre univers est à explorer, le microcosme que nous abritons. Là aussi, quel foisonnement ! Rêves, désirs, aspirations, nostalgies… Univers ensemencé par notre environnement, nos héritages, nos intuitions…

L’homme est ontologiquement un être de désir. Il fonctionne pour se focaliser, de manière automatique, sur tout ce qui a la capacité d’attiser la pulsion de vie qui l’anime. Les désirs, quels qu’ils soient, vont ainsi donner du sens à sa vie et le motiver pour les satisfaire. Dans cette étape de recensement, il s’agit de faire un inventaire, sans jugement. Observer simplement

La seconde étape est celle du choix

L’exercice visant à développer un peu notre conscience va conduire à prendre le recul nécessaire pour observer les mécanismes « automatiques » de nos premiers choix. Veiller à ne pas être les jouets passifs de l’évolution à travers nos réflexes. Veiller à reste critique à l’égard des plaisirs qui peuvent rendre la vie supportable car nous le « valons bien » ou utiliser nos fabuleux pouvoirs d’être humain pour constater que nous « méritons bien mieux » : refuser des plaisirs devenus insupportables pour choisir de nouvelles sources de satisfaction prend ainsi un sens nouveau et trouve sa place dans cette « insurrection des consciences » prônée par Pierre Rabhi !

La condition essentielle

Mais tout ceci risque de n’être que de belles paroles, de belles intentions. Pour en faire le mode de fonctionnement spontané et quotidien, il y a une seule possibilité : mieux connaître la nature humaine et mieux connaître le champ des possibles. Ce qui est la fonction d’une indispensable « Culture générale adaptée » au cœur des nouveaux programmes de l’École Buissonnière »

Alors… au boulot !!!

Et le monde entier se met en marche !

familles de formation
familles de formation
Vue d’ensemble sur les formations1

L’orientation pédagogique nouvelle

Notre monde, nos sociétés changent à un rythme qui s’accélère

Il y a urgence pour que nous nous organisions afin de relever de multiples défis qui s’entremêlent

  • Vivre dès maintenant dans un environnement incertain
  • Infléchir les changements en cours et ne pas les subir passivement
  • Concevoir et installer les structures du futur
  • Se préparer à les gérer et à répondre aux problèmes qui se poseront

Pour cela, aucune mesure ne doit être écartée. Une constatation recueille une large adhésion : le nouveau ne peut se faire avec les logiques anciennes. Il faut changer de « paradigme ». L’expression fait consensus mais sa portée reste mystérieuse pour un grand nombre de personnes. Pour autant c’est dans cette direction que sont désormais orientés nos stages

Les grandes sociétés commencent à s’organiser avec l’aide de leurs cabinets-conseil, en particulier au niveau de leurs politiques de recrutement. Or la nécessité de s’adapter concerne tout le monde : salariés, entrepreneurs, professions libérales, monde associatif, collectivités locales… que leurs activités soient vertes, verdissantes ou purement financières.

L’organisation de l’enseignement supérieur permet de distinguer quatre familles

  1. Les techniques-métier proprement dites,
  2. Les mécanismes spécifiquement liés à la compréhension de l’environnement : rapport Jouzel 2022 prévoit un délai de 5 ans pour leur généralisation
  3. Les nouvelles compétences ou capacités fondamentales, soft skills et autres
  4. Une culture générale « humaniste » affranchie de couleurs élitistes et littéraires

Ce sont ces deux derniers volets qui manquent d’offres pédagogiques. C’est pour les aborder que le programme de l’École Buissonnière a été ajusté depuis 2021. Il aborde le volet N°3 et surtout le N°4 qui est essentiel car il optimise les deux premiers et leur donne du sens. L’organisation, le déroulé pédagogique ont été conçus pour permettre une mise en place souple, rapide, indépendante des structures d’enseignement qui ont déjà à gérer le nouveau volet Jean Jouzel

L’ambition est de participer à l’émergence d’une nouvelle société « d’apprenants » permettant la formation de nouveaux citoyens ayant les capacités pour relever les défis qui s’amoncèlent.

Le contenu est adapté à ces nouveaux besoins, les méthodes pédagogiques tiennent déjà compte des nouvelles façons de penser. Le challenge est de motiver les apprenants pour qu’ils osent relativiser leurs certitudes, faire des choix en quittant certaines habitudes confortables ce qui est indispensable pour dégager le temps disponible afin de s’engager dans une dynamique de recherche, de curiosité qui deviendra un nouveau réflexe, source de nouvelles joies, à utiliser la vie entière.

Y-Changement
Les clés du changement 1
Les clés du changement2bis

Le changement

Les changements affectant notre cadre de vie s’accélèrent. Pour sa part, l’homme depuis son origine n’a cessé de chercher à vivre autrement. Aujourd’hui, c’est à l’homme qu’incombe la responsabilité d’intervenir dans les changements qui le menacent, ne pas les subir tout en veillant à ne pas en provoquer qui ne seraient pas pertinents ou néfastes. Et pour qu’il s’y prépare, un paramètre à introduire dans son quotidien : il devient utile de ne plus parler de crise ou de changements pour ceux auxquels nous sommes confrontés, mais de « rupture de normalité » au regard desquels l’homme va agir. Ces ruptures de normalité affectent quotidiennement nos habitudes : ce qui nous offre des occasions régulières de nous entrainer à acquérir les bons réflexes. Là aussi, les nuances des mots sont décisives : il s’agit de distinguer les changements de continuité qui donnent bonne conscience et les changements de rupture, les seuls donnant une chance aux nécessaires transformations qui conditionnent notre avenir. Pour ces derniers, le défi est double : en faire prendre conscience et le rendre désirable. Cela suppose de penser autrement pour agir autrement avec la vision de nouvelles ouvertures à explorer, ce qui est révolutionnaire au regard de nos conditionnements neurologiques et culturels.

Les multiples éclairages sur les exigences du changement

Les dispositions indispensables pour la réussite des changements

La lecture du tableau de synthèse fournit déjà un bon aperçu sur le sujet

Des démarches voisines sont abordées dans les formations

Y-Potentiel
Développez votre potentiel

Mieux que l’École de Poudlard

Il est clair que la seule technique est devenue insuffisante pour que les étudiants soient armés pour entrer sur le marché du travail. Les remises de prix de grandes écoles version 2022 ont été l’occasion pour médiatiser leurs nouvelles attentes.

Les qualités et compétences humaines doivent avoir une place déterminante à l’avenir. Il y a peu de formations qui y répondent actuellement : c’est devenu la raison d’être de l’École Buissonnière !

Et il y a la quête de sens, une place pour le rêve, la poésie… c’est pour y répondre que ce tableau a été rédigé, évoquant de multiples personnages qui demandent à être pris en considération, mieux que chez Harry Potter ! De manière très sérieuse, vous avez là les diverses facettes du « citoyen du monde » des temps à venir.

Il faudrait un miracle pour que le cours de l’évolution s’infléchisse

Probablement ! Mais tant de situations, technologies étaient inconcevables il y a à peine quelques dizaine d’années qu’il est possible d’en imaginer de nouveaux selon la créativité sans borne de la Vie.

Ceci dit, comme citoyen responsable, devenez des magiciens… faiseurs de miracles et tant d’autres nouveautés à l’émergence desquelles nous pouvons participer. La règle est bien de considérer que la Vie ne demande qu’à agir à travers nous : nous devenons co-créateur avec une incroyable opportunité, jamais rencontrée dans l’histoire, d’avoir conscience des enjeux et de commencer à disposer de quelques moyens pour agir sur le cours de l’évolution. Une chance à ne pas laisser passer
Le tableau ci-dessous a été conçu pour répondre aux incrédules

Développez votre potentiel2
complexité
complexité

 

Je me plais à placer mes formations, alimentation et choix de vie, sous un commun dénominateur qui est bien celui de la « complexité » car c’est une des caractéristiques du temps présent et aussi une avancée de l’esprit humain que d’arriver à l’appréhender à sa juste dimension. Merci Edgar Morin !!!

Ce n’est donc en aucun cas un faire valoir, mais la rigueur mise dans mes analyses. C’est même l’inverse d’un faire-valoir car cette référence n’éveille guère les imaginaires. Un énorme travail de sensibilisation du grand public est indispensable pour mener à bien la transition et préparer de nouvelles organisations humaines… mais je rêve, je sais !

Bien comprendre de quoi il s’agit

Complexité renvoie au terme latin complexus qui signifie « ce qui est tissé ensemble ». Dès lors, pour « penser complexe », il faut s’astreindre à un travail de tisserand en reliant les points de vue, les disciplines, les niveaux d’analyse.

Voir aussi le principe unitas-multiplex. Les parties d’un système inter-rétro-agissent les unes avec les autres, et pour ce faire, se trouvent en tensions dynamiques ; ce sont des antagonismes complémentaires en action !

Voici mes quelques certitudes

Il n’y a aucune recette miracle pour tirer notre épingle du jeu.

Il y a des impasses, des détours que je peux signaler

Il y a la nécessité que vous preniez votre avenir en main sans vous en remettre aux seuls spécialistes

Pour cela, il y a des « fondamentaux » à connaitre ; on peut parler de « tronc commun »… il s’agit en fait d’une nouvelle « culture générale adaptée”

Je me contente de vous en présenter les grands volets en vous incitant à définir la configuration qui semblera vous convenir. Une feuille de route à l’appui et vous voilà prêt pour commencer à avancer sur ces nouveaux chemins permettant enfin de penser autrement afin d’agir autrement, de manière adaptée à la situation et de réussir dans quelques luttes inévitables.

Les exigences de ces formations

Le programme demande un réel investissement, mais rien à voir avec un cursus académique classique. A ne pas confondre non plus avec les « humanités » à caractère élitiste avec grec et latin. Ici, c’est la joie qui est posée comme ingrédient principal. Le tableau qui suit, loin d’être exhaustif, espère vous donner la tonalité des nouveaux programmes chevauchant les 12 étapes recensées. Elles n’ont  rien de figé et s’entremêlent régulièrement.

Les principales déclinaisons pédagogiques

Selon l’étymologie de complexe ‘« ce qui est tissé ensemble » conduit à un travail de tisserand en reliant les points de vue, les disciplines, les niveaux d’analyse. Voilà qui participe à cet objectif de « penser autrement »

Le tableau illustre les domaines pour lesquels ce travail de tisserand est essentiel

  • Relier
  • Tisser
  • Entrelacer

Voilà pour la toile de fond !

Retour en haut